Préparer le contrôle électrique

Publié: Août 06, 2020
Etiquettes: électricité
Contrôle électrique

Avant de mettre votre installation électrique en service, il est important de faire exécuter un contrôle électrique. La sécurité des personnes peut ainsi être garantie et le risque de lésion physique ou d'incendie dû à une installation en mauvais état de fonctionnement est réduit au maximum.

De plus, un contrôle électrique est également obligatoire dans de nombreux cas.

Nos spécialistes Solyd vous expliquent précisément quand ce contrôle est obligatoire et ce à quoi vous devez veiller.

 

Quand un contrôle électrique est-il obligatoire ?

Dans de nombreux cas, il est obligatoire de faire contrôler votre installation électrique avant de la raccorder au réseau d'électricité. Ainsi, un contrôle est par exemple obligatoire lorsque vous mettez une nouvelle installation en service ou lorsque vous avez effectué une modification, une extension ou un renforcement d'une installation existante. Une installation provisoire, par exemple un coffret de chantier, doit également être contrôlée avant de pouvoir être raccordée au réseau.

Afin de garantir votre sécurité sur le long terme, vous devez faire à nouveau contrôler l'installation électrique dans votre habitation tous les 25 ans. Vous avez l'obligation de remettre une attestation de contrôle lorsque vous vendez votre habitation.

À quoi devez-vous faire attention lors d'un contrôle électrique ?

Pendant le contrôle électrique, le contrôleur inspecte l'installation électrique dans son ensemble, et ce non seulement par un contrôle visuel, mais également par des mesures et différents tests pour évaluer si votre installation a été correctement installée et raccordée. En outre, un volet administratif est également contrôlé.

Bien entendu, le contrôle électrique à un coût. Le prix peut différer en fonction de l'instance de contrôle choisie. Si vous voulez vous assurer que le contrôleur ne doit passer qu'une seule fois, nous vous communiquons ci-dessous quelques conseils pour optimiser la procédure.

Prévoyez un schéma unifilaire et un schéma de situation

Pour la partie administrative du contrôle, le schéma unifilaire et le schéma de situation doivent tout d'abord être présents en trois exemplaires.

Le schéma unifilaire est une représentation schématique d'une installation électrique fixe qui, à l'aide de symboles, reproduit la composition de chaque circuit élémentaire et de leur interconnexion pour constituer une installation électrique.

Un plan ou schéma de situation indique l'emplacement du coffret de distribution, des boîtiers de jonction, des boîtiers de dérivation, des prises électriques, des points lumineux, des interrupteurs et des appareils fixes qui sont présents sur le schéma unifilaire.

Les deux schémas doivent correspondre parfaitement à l'installation électrique réelle et être établis selon les règles du RGIE. En outre, votre nom, adresse, date, numéro de carte d'identité et signature doivent figurer sur chaque page. 

Prévoyez le numéro EAN

Le numéro EAN (European Article Numbering) est un code d'identification unique de l'installation électrique. Le code EAN se compose de 18 chiffres. Il s'agit du numéro que vous obtenez auprès du gestionnaire de réseau. Si vous avez déjà un fournisseur d'énergie, vous trouverez le numéro sur votre facture. S'agit-il d'une rénovation d'une habitation existante ? Vous pouvez alors toujours demander le numéro EAN à l'occupant précédent.

Placez les terres correctement

Pour prévenir des problèmes de terre pendant le contrôle, différents aspects doivent être pris en compte.

En premier lieu, la barre de terre ou boucle de terre doit être placée et connectée au sectionneur de terre. Dans le cas d'une barre ou d'une brosse de mise à la terre, il convient d'utiliser un câble de mise à la terre (VOB jaune/vert) de minimum 16 mm.

En outre, la résistance de terre ou la résistance distribuée doit être inférieure 30 Ohm (Ω). C'est nécessaire pour diriger le courant de perte le plus rapidement possible vers le sol. Souvent, la résistance de la terre est trop élevée et l'installation électrique est refusée pour ce motif. Pour réduire la résistance à la terre, vous pouvez fixer plusieurs barres de terre les unes aux autres afin d'atteindre ainsi qu'une couche plus profonde dans le sol. Une autre option est de placer deux barres de terre l'une à côté de l'autre et de les relier à l'aide d'un câble de terre VOB jaune/vert de minimum 16 mm. Vous pouvez ainsi facilement obtenir une résistance de terre réduite. Il convient toutefois de veiller à ce que la distance entre les deux barres corresponde au minimum à la longueur des barres de terre.

De plus, toutes les liaisons équipotentielles principales doivent être mises à la terre. Il s'agit non seulement des conduites principales de gaz, d'eau, de chauffage central et de climatisation, mais également les parties métalliques nues et fixes du bâtiment (p.ex. une baignoire émaillée) ainsi que les parties métalliques de toute autre conduite (p.ex une gouttière métallique).

Pour conclure, toutes les prises électriques et tous les points lumineux qui contiennent une terre doivent être effectivement raccordés à la terre pour la mesure de continuité.

Raccordez toutes les prises électriques et tous les interrupteurs

Raccordez tous les socles de prise électrique ou d'interrupteur et équipez-les déjà de plaques centrales. Vous ne pouvez pas encore monter certains socles ? Prévoyez alors une borne de connexion sur chaque fil à l'extrémité des câbles. Installez également tous les luminaires. Si certains luminaires ne sont pas présents, prévoyez également une borne de connexion pour chaque fil à l'extrémité des câbles. Il est toutefois recommandé d'installer le luminaire définitif au-dessus de la douche et de la baignoire. Soyez attentifs ici à la valeur IP lorsque vous installez ces luminaires.

Parachevez complètement la boîte à fusibles

La boîte à fusibles de distribution est le point central de votre installation électrique. Ici également, vous devez être attentifs à différents points.

Assurez tout d'abord un montage correct de la boîte à fusibles. Installez le coffret à environ 2 m de hauteur et prévoyez des goulottes de câbles au-dessus et en dessous du coffret de distribution. Assurez-vous que le coffret de distribution est parachevé avec une porte et une paroi arrière fixe.

Raccordez ensuite le câble (XVB 4x10) entre le coffret compteur et le coffret de distribution au différentiel principal. L'autre extrémité du câble peut provisoirement être installée de manière détachée dans le coffret compteur. Assurez-vous également que le courant nominal des fusibles ou des disjoncteurs est adapté aux circuits électriques et aux conducteurs. Si vous utilisez des fusibles à broches ou des disjoncteurs à broches, vous devez les équiper d'un élément de calibrage.

Parachevez la boîte à fusibles avec des caches, de sorte que toutes les ouvertures soient fermées et que vos doigts ne puissent jamais entrer en contact avec l'intérieur du coffret de distribution. Enfin, assurez-vous que la boîte à fusibles soit facilement accessible pour le contrôleur.

Pour éviter que votre installation électrique ne soit refusée, vous devez tenir compte de nombreux éléments. 

Vous avez encore des questions concernant les exigences pour un contrôle électrique après la lecture de cet article ? Contactez sans faute nos spécialistes Solyd. Ils se feront un plaisir de vous aider !

Appelez-nous au 03 376 50 50